• Julien

Ma black-list photographique


Chaque photographe de mariage travaille avec ses propres techniques . Lorsque certains photographes parlent "photo" leurs opinions peuvent converger mais peuvent aussi diverger parfois.

Heureusement après tout! Cela permet de rendre le travail de chaque photographe unique et d'une certaine façon offre un large éventail de choix aux futurs mariés!

Pour ma part il y une certain nombre de "pratiques photographique" que je m'interdit d'utiliser car je considère qu'elles ne servent ni mon style, ni mes images. Bien entendu cela n'engage que moi. Chaque photographe est bien entendu libre d'utiliser tel ou tel outil, telle ou telle technique si cela lui permet de servir son propre style.

Les outils et les techniques utilisées doit être au service du style du photographe.

Voici une liste (ou plûtot black-list) des 10 pratiques et techniques que je n'utilise pas et pourquoi:

1

Je ne shoot jamais en contre plongée

Je n'aime pas ce style de prise de vues qui pour un certain nombre de raisons ne met pas en valeur le sujet.

2

Je n'utilise jamais de flash en extérieur pour "déboucher" des ombres.

Comme nous l'avons évoqué plus haut, la façon d'utiliser le matériel et le matériel en lui même doivent servir le style du photographe. Pour ma part je retarde systématiquement l'utilisation du flash tant que cela est possible. J'adore utiliser la lumière naturelle car elle sert mon style: la douceur. Je shoot également quand cela est possible à contre jour avec des optiques très lumineuses. L'optique qui ne me quitte jamais? Mon Canon 24-70 2.8 II. Utiliser un flash en extérieur serait pour moi contraire au style que je souhaite donner à mes images.

3

Je ne shoot jamais en JPEG

Le format JPEG constitue "l'impression numérique" d'une image. En d'autres termes sur une image shootée directement au format JPEG, il est difficile de retravailler l'image en finesse sans dégrader la qualité. Les boîtiers pro offrent la possibilité de shooter au format "RAW" (brut en anglais). Ce format de capture permet de conserver toutes les informations nécessaires à un bon post-traitement. Il s'agit d'un négatif numérique, le fidèle successeur de la pellicule argentique. Les images RAW ne subisse pas de compression ( une image peut peser jusqu'à 40 Mo). Avec ce format d'enregistrement, il est possible de retravailler une image tout en finesse sans dégrader sa qualité. Une fois retravaillée sur Photoshop ou Lightroom, l'image est exportée en JPEG et lisible sur tous les supports. Il s'agit du produit fini.

4

Je ne fais pas de traitement par "séries"

A l'issue d'un shooting ou d'un reportage mariage, la phase de post-traitement est très longue. Pour ma part je retravaille chaque photo individuellement. Cela est plus long mais permet un rendu optimal sur chaque image.

5

Je ne shoot jamais les moments clés d'un mariage avec un seul boitier

Pour assurer une sécurité maximale lors d'un reportage photo de mariage, j'ai toujours à portée de main un second boitier prêt à l'emploi.

6

Pendant un mariage, je ne fais JAMAIS "poser" les mariés pendant les moments clés

Contrairement à un shooting photo, un reportage à pour but de raconter une histoire. C'est un peu comme si le photographe se transformait en une petite souris, très mobile et capable d'évoluer en toute discrétion (malgré mon mètre quatre vingt dix, j'y arrive, si si, je vous assure ;) L'objectif étant de capter des "instants" sans se faire "repérer" afin de préserver la spontanéité et le naturel de chaque moment.

J'intègre cependant dans toutes mes formules une mini séance photo de couple. Avec la session photo en petits groupes mariés/invités, c'est le seul moment où j'interviens pour "guider" les mariés et leurs invités.


Cette démarche de type reportage permet d'éviter ce type d'image (voir ci-dessous) pendant l'échange des consentements:

(...mais quelle magnifique photo, pleine de sens ;) )

7

Je ne limite jamais de nombre de déclenchements (photos) sur un mariage

Les images "brutes de capteur" ou "rush" représentent ma matière première, à l'image de la farine d'un boulanger. Ce sont elles qui vont me permettre de procéder à la sélection des meilleures images de chaque instant. Je préfère toujours en avoir trop quitte à shooter inutilement.

8

Je garde toujours le style photographique qui me caractérise

Mes clients me choisissent pour mon style et mon approche avant tout. Je peux m'adapter sur un certain nombre de choses (ton du reportage, organisation, demandes insolites...etc) mais mon style (mon identité) restera toujours la même.

9

Mes prestations mariage ne sont pas construite avec des "heures de présence"

La photographie de mariage étant une discipline vivante et évolutive, mes formules n'incluent pas d'heures de présence (ex: formule 8 heures, formule 15 heures...etc) Je ne me vois absolument pas travailler "montre en main" et indiquer aux mariés que l'intégralité de mon temps de présence est consommé. Je ne porte d'ailleurs pas de montre sur mes mariages. :) Une heure de fin est tout de même prévu au contrat; (je suis généreux, mais je reste un être humain et non un robot ;)

10

Je ne livre jamais d'images non retravaillées

Apprécieriez vous que votre boulanger vous livre du pain à moitié cuit?

Sans aucun doute, non. Cela ne serait pas professionnel, sans parler de l'image que cela renverrait! La mission du photographe de mariage et de livrer un produit fini, de la prise de vue en passant par le tri et le post-traitement numérique. Toutes les étapes de la démarche doivent être respectées.


0 commentaire